Les installations de Renato Nicolodi se réfèrent à des archétypes architecturaux, concrets et ambigus. Réalisées comme des monolithes, en béton ou en bois, ses sculptures expriment le silence et l’immobilité. Son approche minimaliste confère à ses œuvres une forme de classicisme, inspiré aussi bien par les grands architectes de l’utopie tels qu’Étienne-Louis Boullée et Claude-Nicolas Ledoux, que par ceux de la reconstruction d’après-guerre comme les frères Perret. La conception des sculptures de Renato Nicolodi commence à partir d’une grille mathématiquement ordonnée, géométrique et symétrique. Dans ces espaces imaginaires, les escaliers sont comme des traits d’union visuels entre l’intérieur et l’extérieur, le sacré et le profane. Les escaliers attirent irrésistiblement le regard de la périphérie vers le centre et le vide. Cet univers paradoxal perturbe notre échelle de représentation en ramenant l’homme à un acteur minuscule en regard des architectures qu’il élève. L’artiste nous invite à faire l’expérience d’une quête spirituelle, qui suppose du temps et une certaine introspection. Ses sculptures/installations sont des objets métaphysiques qui interpellent le regard en suscitant une interrogation : qu’est-ce que je ne vois pas dans cette forme dont la fonctionnalité reste indéterminée ?
Cette question habite la proposition réalisée pour l’abbaye de Gellone, à Saint- Guilhem-le-Désert, une grande sculpture réalisée en bois inspirée par l’histoire et l’architecture du monument. On reconnait la croix dans le dessin parfaitement géométrique de ce qui ressemble à la façade d’une architecture monumentale ou à celle d’un meuble liturgique. Derrière les deux battants symétriques de la porte, un escalier monumental conduit vers un espace obscur et indéchiffrable.

Renato Nicolodi, Retable II, 2016
David Huguenin

Musée lapidaire de l’abbaye de Gellone à Saint-Guilhem-le-Désert

L’Abbaye de Gellone est une abbaye bénédictine fondée en 804 par un aristocrate aquitain de l’époque carolingienne, Guillaume de Gellone (v. 742-812), appelé Guilhèm en langue d’oc.
L’abbaye fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques. Elle est également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998. Le cloître a été démantelé et ne possède plus que deux galeries (galerie nord, une partie de la galerie ouest). À l’origine, il comportait un premier étage dont la construction s’est faite à la fin du XIIe siècle. La galerie nord est percée par une série d’arcades géminées, en plein cintre, reposant sur une colonnette centrale.
Les sculptures du cloître vendues en 1906 à George Grey Barnard, se trouvent aujourd’hui au musée The Cloisters de New York.
Quelques pièces sont conservées à la Société archéologique de Montpellier et au musée de l’abbaye de Gellone. Une communauté de religieuses est toujours présente sur place.

Renato Nicolodi

Site de l'artiste

Né en 1980 à Bruxelles, Renato Nicolodi vit à Borchtlombeek (Belgique), il a fait ses études à Saint-Lukas et à l’École des beaux-arts de Rome.

Informations